Conseils / 21.08.2019

Préparer son projet de bardage, comment s’y prendre ?

Votre maison mérite ce qu’il se fait de mieux aussi bien en matière d’esthétique que d’isolation. C’est pourquoi vous êtes sans doute intéressé par un projet de bardage de façade avec du bois ou mieux encore, avec un matériau composite très résistant. Sachez qu’il est cependant nécessaire de bien comprendre le type de travaux que vous devez alors envisager et les différentes étapes à ne pas négliger. C’est pourquoi nous vous proposons de découvrir ici notre dossier complet et de laisser McCover vous accompagner à chaque étape de votre projet.

 

Première étape : la déclaration préalable de travaux


 

Les modifications extérieures visibles et définitives de votre maison sont soumises à un contrôle strict de votre commune. Car il existe dans certains quartiers français un véritable cahier des charges des aspects extérieurs des maisons. Et un bardage en bois ou en composite est considéré comme une transformation visible et définitive de votre logement. C’est pourquoi il est obligatoire de demander l’autorisation de réaliser ce type de modifications à votre commune de résidence. On appelle ce document la « déclaration préalable de construction et de travaux ». Il vous faut alors l’accord écrit de votre mairie pour entamer votre projet de bardage. Dans la plupart des cas, la réponse vous parvient sous un délai d’un mois et vous laisse ensuite deux ans pour mener à bien votre projet.

 

Encadré : retrouvez le formulaire en ligne

Il est possible de remplir en amont ce formulaire puis de le faire parvenir à votre mairie. Il vous faut alors vous rendre sur le site Internet du service public pour télécharger le formulaire CERFA correspondant.

 

Deuxième étape : choisir le type de pose de son bardage


 

Une fois votre demande de travaux déposée, il faut vous intéresser au type de pose que vous souhaitez réaliser. Car il en existe plusieurs sortes, chacune disposant de son esthétique propre :

  • La pose de bardage à l’américaine : c’est la pose la plus classique et la plus simple en matière de bardage. Elle est ici horizontale et offre un effet de grandeur à votre maison.

 

  • La pose de bardage dite « scandinave » : chaque pièce est ici disposée verticalement ou de manière oblique. Le but ? Permettre un meilleur ruissellement de l’eau de pluie et favoriser la durée de vie du bardage complet. Mais si elle semble sur le papier plus intéressante, elle se montre cependant plus technique et doit être réalisée avec minutie. Car une mauvaise découpe peut entraîner une faiblesse de l’ensemble du bardage et donc, à terme, des dégâts sur le mur qui en est recouvert.

 

  • La pose de bardage à « claire-voie » : cette pose est la plus actuelle et la plus moderne avec son design contemporain. Mais elle est également la plus fragile et sans doute la plus difficile à réaliser. L’idée est ici de disposer chaque lame à quelques centimètres de la précédente afin de créer un espace régulier entre chacune d’entre elles. À l’horizontale comme à la verticale, il est nécessaire d’installer également un pare-pluie pour lutter contre les infiltrations d’eau pluviales.bardage-composite-ajouré-résidence

 

Encadré : Bon à savoir :

La pose du bardage, quel que soit son type, nécessite de laisser environ 1cm entre les lames et le mur. Cela permet de créer une isolation thermique de qualité par l’extérieur de la maison.

 

Troisième étape : choisir son bardage et les bons matériaux


 

Votre projet avance bien et vous avez sans doute opté pour l’une des poses citées précédemment. Il est donc désormais nécessaire de vous intéresser au matériau idéal pour réaliser votre bardage. Vous avez le choix entre deux grandes familles de lames : les lames en bois et les lames en matériau composite.

 

Pour les premières, un bois de classe 4, dit imputrescible, est recommandé. Il s’agit là d’une exigence importante puisque c’est ce qui conditionnera sa durabilité face à l’eau douce. Les classes inférieures ne sont en effet pas conçues pour résister à l’humidité au quotidien et montreront vite des signes de faiblesse une fois exposées aux conditions climatiques (pluie, vent, soleil mais aussi UV et changements de températures). Car sachez que le bois reste une matière fragile qui, si elle est trop sollicitée, peut griser, changer d’aspect, se fendre ou se fendiller. Il nécessite également un entretien régulier et des traitements appropriés afin de ne pas être trop sensible aux effets du temps, aux salissures, aux moisissures et aux champignons.

 

Le composite, lui, offre une plus grande durabilité du fait de son extraordinaire résistance aux conditions climatiques mais aussi aux moisissures et aux champignons, contrairement au bois naturel. Il est également sans entretien : un simple lavage à l’eau suffit à le débarrasser des résidus et impuretés. Fabriqué à partir de matériaux recyclés et recyclable lui-même, il ressemble en tout point au bois naturel mais offre plus de garanties de durabilité. Il est tout aussi résistant au feu que le bois, et se montre parfaitement étanche, préservant ainsi l’isolation contre l’humidité du mur qu’il protège.

 

Vous pouvez lancer votre projet de bardage en bois ou en composite. Car avec toutes ces informations en tête, vous n’avez plus aucune raison d’hésiter. Offrez-vous sans tarder la façade dont vous rêvez et donnez un bon coup de neuf à votre maison.

 

Les trois points-clés à retenir sur un projet de bardage :

  • Une déclaration préalable de travaux est nécessaire pour tout projet de bardage.
  • Le type de pose conditionne l’esthétique finale de votre façade.
  • Le choix des matériaux et des lames est décisif pour garantir une bonne durabilité à votre bardage.
    Tags :

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Recevez nos offres par mail

Défiler vers le haut